L'ARTICLE

Exercice "avalanche" réussi pour le SDIS 2B et ses partenaires au Col de Vergio


Exercice "avalanche" réussi pour le SDIS 2B et ses partenaires au Col de Vergio
Ce n’est un secret pour personne, la Corse est une montagne dans la mer et ses sommets montagneux, demeurant enneigés une majeure partie de l’année, offrent aux randonneurs et skieurs, un terrain idéal pour la pratique de leurs disciplines. Ces pratiques largement banalisées exposent ceux qui s’y adonnent à un risque bien particulier qui est celui de l’avalanche. C’est pour optimiser la prise en compte de cet aléa naturel que le service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse, sous l’autorité de Monsieur le Préfet de la Haute-Corse, dans la cadre du dispositif spécifique ORSEC « secours en montagne », organisait récemment un exercice au Col de Vergio commune d’Albertacce, plus précisément au lieu dit « Capu di Vergio ».
 
Le plan de secours mis en œuvre
 
Celui-ci a concerné, conformément au plan de secours, l’ensemble des acteurs pouvant être amenés à intervenir sur ce type d’événement.   Ainsi, outre certaines équipes spécialisées du SDIS 2B, en premier lieu bien sur le Groupe Montagne Sapeurs-Pompiers (GMSP), l’équipe cynophile et le Groupe de Recherche et d’Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP) qualifié depuis peu « Equipier Premier Intervention en Montagne » (EPIM), des cadres du Service de Santé et de Secours Médical (SSSM), spécifiquement formés à ce type d’intervention récemment et des moyens de commandements et d’intervention du Groupement Centre-plaine et du secteur du Niolu ont été déployés en nombre. Ils ont été associés, c’est tout l’intérêt de ce genre d’exercice, aux moyens spécialisés de la Gendarmerie-Nationale (le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM)) et du SDIS de Corse du Sud, aux moyens du SAMU et de l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile N°5 de Corte (UIISC 5). Enfin, participaient cette année à l’exercice, en qualité de « figurants », à la fois des représentants de la « compagnie des guides de Corse », mais également des « Accompagnateurs en Moyenne Montagne (AMM), l’objectif étant de les confronter directement à une intervention de secours pour une avalanche.
 
Trois randonneurs déclenchent une avalanche
 
C’est à 9 H 45 qu’a débuté l’exercice proprement dit et selon le scenario suivant : Un groupe de 3 randonneurs non expérimentés et dépourvus de détecteurs de victimes d’avalanches (DVA) progressent en direction du lieu-dit "Capu di Vergio". Lors de leur passage en crête, ces derniers déclenchent une avalanche et deux d’entre eux sont emportés. Un peu plus bas dans la pente, un accompagnateur en montagne progresse avec un groupe 6 clients tous équipés de DVA. Sur les 6 clients, 4 sont également emportés par l’avalanche. Il reste donc sur place après l’accident, l'accompagnateur, deux de ces clients équipés de DVA et un randonneur isolé. Dès l’alerte déclenchée, un binôme de sauveteurs équipés de skis est envoyé sur place car l’intervention de l’hélicoptère « Dragon 2B »  de la Sécurité Civile, du fait des conditions météorologiques, n’est pas envisageable. Puis un deuxième binôme accompagné d’un maître-chien est envoyé en renfort. Dès lors le dispositif monte en puissance et s’organise en « caravane de secours » puisque les lieux sont inaccessibles aux engins motorisés.
  
Recherche et prise en charge des victimes
 
Parallèlement, le Poste de Commandement « sapeur-pompier » arrive et se met en place sur le parking situé en contrebas. Renforçant le dispositif, les personnels et moyens du SSSM du SDIS 2B et du SAMU assurent la prise en charge des victimes du lieu de l’avalanche jusqu’aux hôpitaux adaptés en lien avec le centre de réception et de régulation des appels (CRRA15). Chaque victime se retrouvant alors dans un vecteur (véhicule de secours aux victimes, hélicoptère, ambulance privée) adapté et également dans un service adapté (urgences, bloc opératoire, réanimation…). Sur les lieux de l’avalanche supposée, les recherches des victimes ensevelies s’intensifient à l’aide de sondes et d’appareils permettant de recevoir les fréquences émises par les  DVA.  A l’issue de ces opérations les victimes relevées sont prises en charge, conditionnées et évacuées à l’aide de traîneaux. Tout cela sous les yeux de Monsieur Pierre-François Albertini, Maire d’Albertacce et de son adjoint, présents au Poste de commandement, qui sera informé en continu par le Commandant des Opérations de Secours, appuyé au PC par 2 conseillers techniques, « pompier » et « gendarme », ainsi que par un Médecin, du déroulement précis de l’intervention .
 
Observation et évaluation des opérations de secours
 
Tout au long de l’exercice quatre observateurs vont noter et évaluer le déroulement des opérations, afin de permettre de dresser le retour d’expérience qui s’impose à la suite du débriefing.  L’objectif pédagogique de l’exercice affiché par les organisateurs était comme l’on s’en doute multiple : Dans un premier temps la prise d’alerte par le CTA/CODIS, le déclenchement des moyens et l’information de la chaine de commandement, la mise en œuvre des techniques opérationnelles par les équipes spécialisées et de santé avec la recherche, la prise en charge et le conditionnement des victimes, et surtout, s’agissant d’un exercice impliquant plusieurs services différents, la coordination des moyens, la coopération et les remontées d’informations.
 
Une expérience à renouveler
 
L’exercice a été ainsi l’occasion, une fois de plus, de vérifier l’intérêt et l’efficacité redoutable de cette action interservices. Il a permis par ailleurs si besoin était, de démontrer aux professionnels de la montagne présents, guides et accompagnateurs, le professionnalisme et la qualité des moyens de secours. Ces derniers ont été unanimement impressionnés et ont apprécié cette démonstration. Ne restait plus qu'à atteindre un autre objectif : se donner rendez-vous pour un prochain exercice, ce qui sera fait !