Site internet du Service Départemental d'Incendie et de Secours

L'ARTICLE

Formation à Lozari en Balagne pour les futurs sauveteurs aquatiques du SDIS 2B


Prévenir les risques liés à la pratique de la baignade ! C’est l’objectif de la formation organisée du 27 avril au 1er mai dernier par le service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse sur la plage de Lozari, commune de Belgodère. Celle-ci intervenait à l’orée d’une saison estivale qui verra comme chaque année, l’afflux de milliers de touristes sur les plages du département.  Placé sous l'autorité du commandant Octavien Meschini, directeur des unités territoriales du SDIS de la Haute-Corse  et du capitaine Stéphane Orticoni, responsable au sein de cette même direction, cette session de dimension départementale était dirigée par les chefs de bord de sauvetage côtier du Groupe de Reconnaissance et d’Interventions en Milieu Aquatique (GRIMA 2B) titulaires de la formation de chef de bord de sauvetage côtier (SAV 3). 
 
Former les futurs sauveteurs aquatiques
 
Comme l’a souligné le capitaine Stéphane Orticoni : « Ce stage « mer » a pour but de donner aux futurs sauveteurs aquatiques les capacités à tenir la fonction d’équipier en poste de secours.  Il est ouvert aux jeunes étudiants mais aussi aux salariés titulaires du BNSSA (Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) et du PSE 2 (Premiers Secours en Equipe de niveau 2) ». Puis l’officier de préciser : « Afin d’encadrer les futurs SPV, des SPP et SPV quinquennaux et titulaires du même cursus de formation aquatique passeront eux un module complémentaire permettant de tenir l’emploi de chef de poste de secours ». Pour mémoire, cette année, ce seront 24 équipiers et 14 chefs de poste qui seront formés sur le site de Lozari. D’une durée de 40 heures, cette session devait permettre d’évaluer les sauveteurs sur cinq grands domaines: le secours à personne, la culture administrative et juridique, La condition physique, le sauvetage côtier appliqué aux risques locaux et aux secours à partir des plages, les instructions opérationnelles et les procédures de travail (incendie, poste de secours, transmissions, gestion opérationnelle et administrative).
 
Servir les populations et territoires
 
Pour sa part le commandant Octavien Meschini, directeur des unités territoriales devait rappeler : « Nous avons un effectif de surveillant de baignade qui approche 110 sauveteurs : 54 saisonniers dont 1/3 de non résidents et 56 sapeurs-pompiers professionnels et sapeurs-pompiers volontaires qualifiés issus des centres d’incendie et de secours du SDIS 2B. Par ailleurs, nous conventionnons avec 16 collectivités et nous assurons la prévention, la surveillance et le secours sur 17 plages et 2 piscines » avant de conclure : « L’effectif journalier en risque courant est de 40 personnes et en risque « rouge mer », synonyme de renforcement des postes du fait de conditions météorologiques particulières: 44. La durée de la campagne des postes de secours s’étale du 15 juin au 15 septembre ». Comme on aura pu le constater durant ces 5 jours, dans des conditions très proches de la réalité, les sauveteurs du service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse traduisent par l’application rigoureuse de techniques éprouvées, l’engagement sans faille au service des populations et des territoires, inscrit dans le projet d’établissement.
 
Le service nautique en quelques chiffres
 
Le service nautique du service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse GRIMA pour son appellation opérationnelle), placé sous l’autorité de la direction des unités territoriales (DUT) comprend 4 pôles liés aux secours nautiques: le service des plages (la SBAN), Le secours de surface (SAV), Le secours subaquatique (PLG), Le secours en eaux vives (SEV). 
 
Le bilan 2014
 
14 postes de secours et 2 piscines, 17 plages à surveiller sur une amplitude maximale de 84 jours, 54 sapeurs pompiers volontaires saisonniers recrutés. Un effectif de 110 SBAN au total, 113 débuts de noyade sur les plages surveillées : 1 personne de 74 ans décédée, 3567 interventions sur les 84 jours d’ouverture des postes de secours.