L'ARTICLE

L’ultime hommage à « Lancelot » par les cadres et personnels du SDIS 2B


A l’occasion du retour des cendres en Corse du Colonel Antoine Battesti, une cérémonie d’hommage était récemment organisée par le service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Corse à Furiani. Celle-ci s’est déroulée en présence des membres de la famille du défunt, accueillis en début de matinée par M. François Orlandi, président du conseil départemental de Haute-Corse et conseil d’administration du SDIS 2B et M. le Colonel Charles Baldassari, directeur du SDIS de Haute-Corse. Après avoir partagé un petit-déjeuner en présence des autorités, les proches de feu Colonel Antoine Battesti ont rejoint la cour d’honneur du SDIS 2B afin d’y entendre la lecture d’allocutions et assister à la bénédiction de l’urne funéraire par l’Abbé Georges Nicoli, aumônier des sapeurs-pompiers de Haute-Corse. Devant les détachements des divers services et centres de secours, des anciens et jeunes sapeurs-pompiers, de piquets d’honneur des forestiers-sapeurs de Haute-Corse et de l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile N°5 de Corte, le colonel Charles Baldassari devait évoquer les grandes qualités humaines et morales de celui qui fût en son temps un précurseur des doctrines de lutte contre l’incendie de forêt encore en usage de nos jours. Mais aussi un meneur d’hommes expérimenté et un bel exemple pour bien des générations de cadres. « Au revoir Lancelot, riposi in pace » lança le Colonel Charles Baldassari, les yeux tournés vers l’urne contenant les cendres d’un ancien compagnon de route. Ce sont également ces mêmes qualités intrinsèques que devait mettre en exergue M. François Orlandi, président du SDIS 2B avec une belle éloquence, mettant notamment l’accent sur la personnalité forte et attachante du Colonel Antoine Battesti, dont il dira qu’il a été un grand serviteur des services publics de secours. Une minute de silence était par la suite observée dans le respect et le recueillement. Puis un vibrant « Dio Vi Salvi Regina » était magnifiquement interprété à cappella par quatre personnels de l’établissement, unissant leurs puissantes et harmonieuses voix, clôturant ainsi l’ultime hommage à celui qui pendant de longues années, a su marquer de son empreinte, les heures de gloire et de tristesse du service département d’incendie et de secours de la Haute-Corse.