Les hélicoptères bombardiers d’eau au secours de la forêt insulaire
 Ils sont devenus incontournables dans les opérations de lutte contre les incendies de forêts. Ils ce sont les hélicoptères bombardiers d’eau (HBE). Mis en œuvre au début des années 90 avec la création du « Cochasse » (Commando d'hommes à pied), les hélicoptères ont temporairement disparu de l’arsenal opérationnel pour refaire leur apparition dans le courant des années 2000 où les « Ecureuils » sont venus se substituer aux légendaires « Bell 205 Huey ». Aujourd’hui,  les deux « Morane » du nom de leur indicatif radio basés à Corte, constituent en quelque sorte, le « couteau suisse » de l’engagement tactique en effectuant divers missions de reconnaissance, de renseignement, de transport, de sécurisation de chantier, d’attaque et d’extinction. Plus encore les HBE servent de support aux multiples missions du groupe mixte commando HBE constitué de 12 à 15 sapeurs pompiers et forestiers sapeurs.
 
La mission multiple des HBE

Placée sous l’autorité du commandant Pierre Louis Montet et capitaine Martial Santucci , cette unité assume notamment les opérations d’extinction ou de traitement des foyers résiduels, les missions d’héliportage et l’extinction des foyers inaccessibles, le traitement des foyers occasionnés par des impacts de foudre. Les Hélicoptères bombardiers d’eau placés sous l’autorité du Directeur des Unités Territoriales, le commandant Octavien Meschini et dont la gestion et le commandement sont assurés par le commandant Louis Montet, sont gérés par le service départemental d’incendie et de secours qui assure leur location. Ils peuvent être employés de façon isolée ou en appui des personnels au sol ou complétés par les groupes héliportés pour permettre une attaque inaccessible aux moyens terrestres. C’est bien là leur avantage. Mis en place généralement vers la mi-juillet,  les « Ecureuils » AS 350 disposent d’un potentiel de vol permettant leur mise en œuvre durant la saison « feux de forêts ». Ce qui fait la spécifié et l’intérêt de ces moyens de lutte, c’est leur capacité à opérer une frappe quasi chirurgicale ou frappe « à la carte ». A cela s’ajoute, la souplesse d’emploi liée au mode de ravitaillement en eau, par exemple sur des plans d’eau permettant de réduire ainsi le délai de rotation sur un feu. 

 
Les caractéristiques techniques d’un HBE
 
Côté technique, les deux hélicoptères « Ecureuil » AS 350 sont de type mono turbine d’une puissance de 800 chevaux peuvent voler à une vitesse moyenne de 210 km/h pour un poids maximum en charge de 2,2 Tonnes. Pour la seule mission incendie, les appareils sont équipés comme suit, l'un dispose d’un kit bombardier d’eau « Fire Attack » commercialisé par la société Simplex d’une capacité de 1 000 litres et l'autre d'un seau appelé "Bambi Bucket" d'une contenance de 1 225 litres, qui permet l'héliportage de personnels . A cela s’ajoute pour le kit Simplex,  un réservoir annexe de produit moussant de 80 litres, commandé par un dispositif d'injection à taux variable manœuvrable par le pilote. La charge d'eau quant à elle, peut être larguée sous forme d'une masse unique ou de 2 charges successives. Le dispositif de remplissage permet l'aspiration sur plan d'eau au moyen d'une pompe, placée au bout d'un tuyau semi-rigide bien pratique. On l’aura compris, le HBE est un outil parfaitement adapté aux missions qui lui incombent occupant une place stratégique évidente dans le concert des moyens aériens déployés à l’instar des avions bombardiers d’eau plus connus. In fine, leur grande mobilité, leur vitesse et leur précision d’intervention constituent autant d’éléments précieux qui font de ces appareils, un atout majeur dans la lutte contre les incendies de forêts.